La Converse  » 
mars 2, 2021

C’est en se basant sur le journalisme de solutions et de dialogue qu’un groupe d’étudiants de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) se joindra à La Converse le temps d’un printemps. Le projet École Converse vise à démocratiser le journalisme et incite ses participants à poser un regard humain sur l’actualité en utilisant des méthodes de journalisme innovatrices. Dans le cadre de cette initiative, l’UQO est notre premier partenaire. 

La rédactrice en chef de La Converse, Lela Savic, et la professeure de l’UQO Karoline Truchon vous emmènent dans les coulisses de ce projet.


Cette semaine, je suis heureuse de lancer la première cohorte de l’École Converse, en partenariat avec l’Université du Québec en Outaouais. Un projet dont je rêve depuis longtemps. 

Pour moi, au-delà de l’intérêt public, le journalisme est un vecteur de changement social. Un changement qui passe par la démocratisation de la profession même. Une valeur qui est au cœur de la mission de La Converse. Depuis nos débuts, je me suis improvisée professeur de journalisme avec notre équipe de collaboratrices et de collaborateurs, qui n’ont pas tous de l’expérience dans les salles de presse. Mais c’est le potentiel et la passion pour l’humanité de notre équipe qui m’allument chaque matin. Chaque semaine, on apprend les bases du storytelling et on met en pratique les techniques d’entrevue afin de pouvoir proposer un journalisme de dialogue anti-oppressif, renforcé par la réflexion d’experts invités.

Dans le cadre du cours de Karoline Truchon, de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), nous allons travailler avec des étudiants, qui apprendront l’approche que privilégie La Converse dans sa pratique d’un journalisme de dialogue démocratique, transparent et équitable. On va donc développer la pensée critique face à la manière dont on sert les communautés que l’on couvre. 

J’ai rencontré les étudiants et je leur ai parlé de mon parcours et de ma vision du journalisme. Avec La Converse, j’estime avoir créé un endroit où on fait du journalisme un outil de changement, où on écoute les citoyens, interroge le pouvoir et développe un lien de confiance avec les gens que l’on sert. Ce que je retiens de notre premier échange, c’est que cette vision représente un vent d’espoir pour les étudiants. Plusieurs aiment l’écriture et le métier, mais ne trouvent pas de média qui réponde à leurs aspirations. 

« Merci de me donner envie, de redonner espoir au journalisme », nous a confié une étudiante.

Je ne sais pas où la route nous mènera, mais je sais que l’aventure sera passionnante ; et si l’École Converse suscite la passion et l’espoir, j’estimerai avoir réussi à semer une graine. J’ai très hâte de vous présenter le résultat de notre travail, en avril prochain, sur notre page Instagram. J’ai hâte de travailler avec des étudiants passionnés par le journalisme de demain ! 

Lela Savic,
Rédactrice en chef de La Converse


L’automne dernier, j’enseignais des textes de La Converse dans mon cours de communication pour le changement social, et je me disais : j’aimerais tellement que les étudiant.e.s puissent vivre cette approche de journalisme de proximité ! 

Comme il est primordial pour moi que les étudiant.e.s de mes cours puissent comprendre de manière incarnée l’application des théories discutées en classe, j’ai approché La Converse. Au fil de nos discussions, l’idée d’une conférence dans mon cours s’est transformée et a mené à l’implantation d’une salle de nouvelles virtuelle au sein de laquelle les étudiant.e.s apprendront à réaliser des reportages Instagram qui offriront un éclairage inédit et humanisant sur les personnes qui vivent les situations décrites. Les étudiant.e.s apprendront également à ouvrir des dialogues afin de susciter des actions susceptibles de modifier le quotidien des personnes présentées dans leurs reportages. Bref, la professeure inspirée par les approches pédagogiques qui incitent les étudiant.e.s à « sortir de leur zone de confort », comme je les entends fréquemment me le dire, est ravie.

En effet, l’expérience que nous avons commencé à vivre avec Lela, « notre rédac chef de La Converse » – comme je l’ai affectueusement présentée à la trentaine d’étudiant.e.s du cours Information et communication de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) – s’inscrit dans cet espace liminal où, en vivant les préceptes du journalisme de dialogue, nous anticipons toutes et tous de nous transformer pour mieux transformer notre société.

Mercredi, alors que Lela nous confiait une partie de son histoire, de ses aspirations, de ses combats et de ses réalisations, je voyais des flammes dans le regard des étudiant.e.s : la fougue de Lela, comme l’a si bien nommée Stéphanie Ricard, l’une de mes étudiantes, inspirait déjà chacun de nous à façonner la nôtre. 

Merci Lela. 

Et vivement qu’arrive le 10 mars et que nous nous retrouvions dans cette salle virtuelle de nouvelles que nous offre l’École Converse en collaboration avec l’UQO ! En cet hiver 2021, la chaleur humaine, même à travers nos écrans, sera aussi palpable que productive.

Karoline Truchon,
Professeure de communications à l’Université du Québec en Outaouais


Les étudiants

« Le projet en collaboration avec La Converse me motive à m’impliquer réellement dans mes apprentissages universitaires, malgré les conditions d’enseignement à distance. C’est un projet concret qui va être enrichissant et pertinent pour mon avenir. Je suis certaine que je vais en ressortir grandie, et j’ai déjà hâte de travailler sur mon article ! »

– Sara-Jade Burton

« J’ai toujours eu la possibilité de parler. Mais j’ai l’impression qu’en me tendant ce micro, j’ai réellement une voix. Je crois que, si cette expérience parle d’histoires non dites, elle nous offrira aussi la possibilité de les lire. »

– Mouna Douab

« Je m’attends à ce que ce soit une expérience fort enrichissante, car on sort un peu des sentiers de la théorie pour rentrer dans la pratique, et je trouve cela très bien. »

– Caroline Kobela

« L’élégance dans la rigueur et l’intégrité transfuse les dialogues constructifs au sein de la communauté de La Converse et de l’UQO. La mouvance des échanges rassure et berce, pendant que l’organe propulse les initiatives dans un souci de démocratisation de l’espace social virtuel. Je reconnais, dans la liminarité, cet envers lumineux où l’on fait place, pour que les voix s’amplifient, que l’individualité s’ancre dans l’imaginaire collectif. »

– Stéphanie Ricard

« Je suis ravie de participer à un tel projet. Je souhaite apprendre le journalisme et approfondir un sujet qui me passionne. La fébrilité est au rendez-vous ! »

– Julie Pontbriand

« Ce sera une excellente expérience d’apprentissage, et participer à La Converse est une nouvelle occasion de grandir. Et émotionnellement, je me sens heureux et impatient de commencer ce processus. »

– Hader de J.