Lela Savić  » 
avril 10, 2021

Salut, c’est Lela !

Au cours des dernières semaines, Christelle et moi avons mis nos vestons de femmes d’affaires afin d’assurer l’avenir de La Converse. Nous avons dû revoir la structure de l’entreprise, jongler avec les chiffres et dresser l’état des lieux et de nos moyens. Le sentiment d’urgence est réel : pour l’instant, on ne peut assurer la survie de La Converse au-delà du mois de juin – mais on ne va pas laisser ça arriver. On sait combien notre travail est important pour nos lecteurs et la communauté. 

Nous avons maintenant une stratégie, et un plan d’attaque à la hauteur de notre vision. Les prochaines semaines seront critiques, mais nous savons que notre passion nous guidera. Nous sommes bien fiers de ce que nous avons accompli en 10 mois d’existence, et le meilleur reste à venir ! 

On souhaitait tellement vous présenter un reportage cette semaine. Jeudi soir, alors qu’on n’avait pas encore de texte prêt, je discutais avec notre correcteur, Pierre-Yves, et lui demandais son heure de tombée maximale pour lui soumettre un texte. « PY, on a besoin d’un miracle, on n’a rien de prêt pour demain », lui ai-je dit. « Même Jésus a eu besoin de trois jours », a alors lancé Christelle de son bureau. On a donc décidé que notre miracle serait pour vous cette semaine. 

Notre équipe travaille très fort sur plusieurs dossiers. On a bien hâte de vous présenter la suite ! De mon côté, ça fait maintenant un mois que je forme des étudiants de l’Université du Québec en Outaouais avec la professeure Karoline Truchon dans le cadre de notre première École Converse. Je suis tellement impressionnée par leur soif d’apprendre et leur désir de travailler avec nous tout en repensant le rôle de journaliste. Leurs reportages nous seront remis la semaine prochaine, et nous les publierons sur notre page Instagram prochainement. J’ai tellement hâte de partager ça avec vous !

Maintenant, alors que nous préparons l’avenir, nous voulons vous reposer LA question, celle que je vous pose depuis près d’un an et que je vais toujours continuer à vous poser : on est-tu bon ? C’est une blague ! Mais, sans rire, comment peut-on mieux vous servir ? Comment peut-on répondre à vos préoccupations ? Nous vous invitons à remplir notre sondage afin d’en apprendre davantage sur les sujets qui vous touchent.

Merci de votre amour et de votre soutien ! 

Big love quétaine !

Lela