Notre équipe

Lela Savić

Lela Savić, rédactrice en chef

[email protected]

« La Converse, c’est ce que le journalisme doit être : humain. Je suis tellement heureuse de travailler pour ce média et de le faire avec des gens passionnés par le journalisme de l’avenir. »

Avant de fonder La Converse, Lela a travaillé en tant que journaliste au journal Métro, à Radio-Canada et à La Presse. En Amérique du Nord ou en Europe, elle présente régulièrement des conférences sur la positionnalité et les biais médiatiques. Elle détient un baccalauréat en communication et en psychologie de l’Université Concordia et un certificat en journalisme de l’Université de Montréal. C’est la perception négative qu’on a souvent de son peuple, les Roms, qui l’a poussée vers la profession de journaliste.

Christelle Saint-Julien

Christelle Saint-Julien, journaliste

[email protected]

« J’aime être journaliste pour pouvoir diriger le regard vers ce qui est moins visible. J’aime La Converse pour son approche communautaire et le dialogue qu’elle génère. »

Première journaliste à temps plein de La Converse, Christelle est également autrice-compositrice-interprète et harpiste. Ayant travaillé en communication et dans le milieu de la culture, elle a longtemps été heureuse de s’adonner au journaliste à temps perdu, mais l’envie d’en faire son métier n’a jamais faibli. Elle détient un baccalauréat en littérature et en traduction de l’Université Concordia.

Diamond Yao

Diamond Yao, journaliste collaboratrice

[email protected]

« Je suis honorée de participer à ce projet et de pouvoir amener dans la sphère publique des histoires et des communautés qui sont trop souvent oubliées. »

Diamond est une journaliste polyglotte de Montréal qui s’est donné comme mission de susciter d’importantes conversations de société en amenant dans la sphère publique les perspectives traditionnellement marginalisées. Son travail touche les thèmes de la diaspora, des enjeux sociaux, de la justice environnementale et de l’intersectionnalité. Avec ses reportages, elle souhaite créer un monde plus ouvert, plus juste et plus sain.

Takwa Souissi

Takwa Souissi, journaliste collaboratrice

[email protected]

« Je suis fière de participer à un projet journalistique qui allie rigueur et humanité. Du storytelling au service de l’information ! »

Takwa est juriste de formation, journaliste par passion et maman de vocation. Ses sujets de prédilection sont les enjeux sociaux liés à l’éducation ainsi que la diversité et la représentation des minorités culturelles. Elle aspire à un journalisme plus lent, qui permette un véritable dialogue.

Annie Bourque

Annie Bourque, journaliste collaboratrice

[email protected]

« Je fais ce métier afin que les propos qu’on rapporte fassent réfléchir les lecteurs ou les émeuvent. »

Curieuse et passionnée par le métier de journaliste, Annie aime raconter le parcours d’hommes et de femmes qui ont décidé d’emprunter les chemins les moins fréquentés. Elle est toujours étonnée, peu importe leur âge et leur profession, du caractère irréductible de leur détermination.

Marine Caleb

Marine Caleb, journaliste collaboratrice

[email protected]

« Je suis convaincue qu’un journalisme de solutions et d’impact comme on le pratique à La Converse peut aider à faire évoluer la société. »

Marine est une journaliste indépendante qui a travaillé en France, au Liban et au Québec. Passionnée par l’identité, l’intégration et les migrants, elle se plaît à défaire les clichés et décortiquer les clivages. Elle a pour ambition de combattre les injustices et les discriminations par des mots et des solutions.

Ruby Irene Pratka

Ruby Pratka, journaliste collaboratrice

[email protected]

« Je n’aime pas trop le vieux cliché selon lequel les journalistes sont censés donner “une voix aux sans-voix”. Tout le monde a une voix ! C’est plus une question de partager un micro, et c’est là que le métier de journaliste prend toute son importance. »

Journaliste indépendante basée à Montréal, Ruby est tout particulièrement interpellée par les histoires d’immigration, d’intégration et d’inclusion. Elle a travaillé comme recherchiste pour CBC à Québec.

Nahka Bers

Nahka Bers, journaliste collaboratrice

[email protected]

« J’aime La Converse parce que son approche est vraiment ouverte aux histoires de tout le monde et parce qu’elle raconte la vérité d’un point de vue propre à l’expérience. »

Nahka est de la communauté Acho Dene Koe, dans les Territoires du Nord-Ouest. Elle vit aujourd’hui à Montréal, où elle travaille dans les communications pour APTN. Elle a étudié en journalisme à l’Université Concordia et croit à l’importance de raconter des histoires autochtones – pour briser les stéréotypes, améliorer la qualité de vie et offrir des points de vue autochtones.

Pablo Ortiz

Pablo Ortiz, photographe

[email protected]

« À une époque où les débats sur la diversité font les manchettes partout, il est encourageant de voir un média qui soit le reflet de notre société. La Converse raconte des histoires parfois oubliées et, surtout, elle le fait en laissant entendre des voix généralement moins présentes dans les médias. »

Né au Venezuela, Pablo vit à Montréal depuis plusieurs années. Il a commencé sa carrière comme journaliste sportif avant de découvrir la photographie à son arrivée au Canada. Il travaille aussi comme photographe indépendant pour NM Noticias, le journal Métro et l’Impact de Montréal.

Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo, journaliste junior

[email protected]

« Le journalisme est pour moi un outil puissant pour élever nos voix et faire rayonner la communauté. Avec La Converse, je sais que je suis à la bonne place. »

Kijâtai à Montréal et est membre de la nation Anishnabe. La famille du côté de son père vient de la communauté du Lac-Simon et celle de sa mère, qui est allochtone québécoise, vient de Val-d’Or en Abitibi-Témiscamingue. Ses courts métrages abordent les réalités autochtones de façon personnelle (Kijâtai, Kabak, Odehimin et Kimiwan). Iel s’engage dans des organismes pour œuvrer sur la création de ponts entre autochtones et allochtones en plus de sensibiliser les gens aux différentes réalités autochtones.