Les 10 valeurs de La Converse pour un journalisme de dialogue

  1. Un journalisme respectueux : En tant que média, nous sommes conscients que nos choix ont des répercussions sur la vie des gens. Pour nous, les mots et les actions ont leur importance. À La Converse, vous n’êtes pas des sujets d’articles, vous faites partie d’une communauté. Nous prenons le temps de vous écouter et nous travaillons avec vous avant, pendant et après la publication de nos reportages.
  2. Un journalisme propulsé par vos besoins : Nous ne croyons pas à la pornographie de la pauvreté. Nos reportages doivent répondre aux besoins, questions et préoccupations des collectivités. Notre équipe pratique un journalisme anti-oppressif, sensible au trauma, et elle comprend qu’il y a souvent des sous-courants historiques et politiques qui affectent les communautés d’aujourd’hui.
  3. Un journalisme relationnel : Nous ne nous contentons pas de survoler un sujet pour en extraire une histoire ; nous nous engageons à avoir des conversations consensuelles, à établir des relations humaines ainsi qu’à partager des histoires nuancées et inédites qui révèlent une palette de vérités.
  4. Un journalisme transparent : Les journalistes sont parmi les personnes dont on se méfie le plus aujourd’hui. Nous voulons regagner votre confiance en partageant avec vous la façon dont nous élaborons nos articles. Pourquoi choisit-on un sujet ? Comment effectue-t-on nos recherches ? Quelle est notre position ? Qu’est-ce qu’on ignore ? Quelles sont nos erreurs ? Qu’a-t-on appris ?
  5. Une approche ascendante : Nos sujets partent de vous. Nous nous concentrons sur les systèmes – et non sur les symptômes. Nous ne voulons pas parler des gens, nous voulons que les gens nous parlent de sujets importants pour eux.
  6. Une structure équitable : Être journaliste vient avec beaucoup de responsabilités. À La Converse, nous tenons à honorer cet engagement et à construire une équipe horizontale de journalistes représentatifs de notre société. Nous allons mettre en pratique la diversité et l’inclusion au-delà des mots-clés et des photos de groupe.
  7. L’impact avant les clics : Notre raison d’être est la recherche d’histoires non virales. Nous voulons prendre le temps de fouiller des sujets qui sont d’intérêt pour vous.
  8. L’introspection : À La Converse, nous essayerons toujours de mieux faire et de ne jamais partir du principe que nous avons toutes les réponses. Nous nous engageons à toujours remettre en question l’impact de nos choix afin de méditer sur les meilleures façons de vous servir.
  9. Une constante évolution : Nous valorisons les idées et écoutons les préoccupations de tous. Nous nous efforçons de créer une communauté dans laquelle le désaccord est accepté, la prise de risque encouragée, et l’échec considéré comme un apprentissage précieux. Participez à cette évolution avec nous.
  10. Collaborer pour avoir plus d’impact : Nous collaborons avec des organes de presse et d’autres organisations qui partagent nos valeurs afin de regrouper nos ressources, nos données et nos histoires. Dans la mesure du possible, nous mettons à la disposition du public les données à l’origine de nos enquêtes.

Notre promesse

À La Converse, nous nous engageons à couvrir l’actualité de manière à ce que vos histoires soient écoutées, comprises et respectées. Nous souhaitons publier des reportages qui informent, donnent des idées, proposent des solutions et comblent des fossés. Nous travaillons sans relâche pour offrir à nos lecteurs un journalisme transparent et équitable, au service de la communauté.

Cinq raisons de soutenir La Converse

Juste du journalisme, rien que du journalisme : Avec l’explosion des chroniques d’opinion dans les médias, il reste peu de place pour le reportage et le dialogue. À La Converse, on ne publie pas de chroniques d’opinion. Nos journalistes sont sur le terrain, au cœur des collectivités, prêts à questionner les pouvoirs.

Un média indépendant sans publicité : Comment un média peut-il être au service des collectivités s’il est soumis à l’influence des publicitaires ? À La Converse, vous ne trouverez ni publicité, ni article sponsorisé. Nous sommes financés par les contributions de nos membres, par des subventions et par des organismes philanthropiques dont nous partageons les valeurs.

Un média participatif : On répète souvent que nos articles ne partent pas de notre salon, mais de votre perron. Cela veut dire que nous voulons vous rencontrer, vous entendre, et que c’est vous qui nourrissez nos reportages.

Un média transparent : Avec nos notes de transparence, on veut vous dire pourquoi on couvre un sujet et quels ont été les défis de rédaction. Chaque année, on explique aussi comment on utilise les revenus tirés des abonnements, et on donne des détails sur nos partenariats.

Donner à la prochaine génération : À La Converse, on croit qu’il est important de donner au suivant. C’est pourquoi on consacre du temps aux communautés marginalisées et sous-représentées au Canada et dans le monde afin de former une génération démocratique qui comprenne bien la valeur du quatrième pouvoir.

Notre équipe

  • Rédactrice en chef

    « La Converse, c’est ce que le journalisme doit être : humain. Je suis tellement heureuse de travailler pour ce média et de le faire avec des gens passionnés par le journalisme de l’avenir. » Avant de fonder La Converse, Lela a travaillé en tant que journaliste au journal Métro, à Radio-Canada et à La Presse. En Amérique du Nord ou en Europe, elle présente régulièrement des conférences sur la positionnalité et les biais médiatiques. Elle détient un baccalauréat en communication et en psychologie de l’Université Concordia et un certificat en journalisme de l’Université de Montréal. C’est la perception négative qu’on a souvent de son peuple, les Roms, qui l’a poussée vers la profession de journaliste.

  • Journaliste

    « J’aime être journaliste pour pouvoir diriger le regard vers ce qui est moins visible. J’aime La Converse pour son approche communautaire et le dialogue qu’elle génère. » Première journaliste à temps plein de La Converse, Christelle est également autrice-compositrice-interprète et harpiste. Ayant travaillé en communication et dans le milieu de la culture, elle a longtemps été heureuse de s’adonner au journaliste à temps perdu, mais l’envie d’en faire son métier n’a jamais faibli. Elle détient un baccalauréat en littérature et en traduction de l’Université Concordia.

  • Journaliste collaboratrice

    « Je suis honorée de participer à ce projet et de pouvoir amener dans la sphère publique des histoires et des communautés qui sont trop souvent oubliées. » Diamond est une journaliste polyglotte de Montréal qui s’est donné comme mission de susciter d’importantes conversations de société en amenant dans la sphère publique les perspectives traditionnellement marginalisées. Son travail touche les thèmes de la diaspora, des enjeux sociaux, de la justice environnementale et de l’intersectionnalité. Avec ses reportages, elle souhaite créer un monde plus ouvert, plus juste et plus sain.

  • Journaliste collaboratrice

    « Je suis convaincue qu’un journalisme de solutions et d’impact comme on le pratique à La Converse peut aider à faire évoluer la société. » Marine est une journaliste indépendante qui a travaillé en France, au Liban et au Québec. Passionnée par l’identité, l’intégration et les migrants, elle se plaît à défaire les clichés et décortiquer les clivages. Elle a pour ambition de combattre les injustices et les discriminations par des mots et des solutions.